D’OU VIENT LA TRADITION DE L’IMPOSITION DES CENDRES

Se couvrir de cendres est un usage largement attesté dès le premier Testament. Ainsi dans le chapitre 7 du livre de Josué (Jos7, 6), on voit le successeur de Moïse et les anciens d’Israël qui se couvrent la tête de cendres. Dans le livre Ezèkiel, au chapitre 27, à la fin de la complainte du Seigneur sur les ruines de Tyr, les équipages de la flotte brisée se couvrent la tête de poussière et se roulent dans la cendre.  Ce geste, les chrétiens de l’antiquité le pratiquent à leur tour en privé. Au XII siècle, le pape lui-même reçoit les cendres .en se faisant marquer par les cendres. Le chrétien manifeste sa volonté de pénitence et de conversion. Mais les cendres parlent aussi de vie et de renaissance : elles rappellent la chaleur du feu, elles peuvent servir d’engrais. Poussière et fécondité, ainsi se résume l’humaine condition dans le dessein de Dieu. Tel est également le sens du carême.   Les chrétiens s’y engagent en recevant l’humble signe des cendres parce qu’ils croient de toutes leur forces que par ce chemin de conversion, de prière et de partage, Dieu les conduits par son Esprit vers la Pâques de Jésus.

Père Michel Wackenheim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *