Homélie de Mgr André Marceau, évêque de Nice pour la veillée pascale 2018

« Toute la terre est remplie de ton amour Seigneur »

C’est le refrain du psaume 32. En cette belle veillée, nous n’avons pas fait que remonter le temps…. Nous avons vécu au rythme de ce long et riche cheminement de l’histoire de Dieu et de son peuple, nous avons habité notre histoire, nous sommes ensemble devenus encore plus ce peuple de Dieu, aujourd’hui, au cœur du monde, ici en vos communautés. Nous avons pris le temps de laisser s’inscrire en nous cette Bonne Nouvelle : celle de l’Amour de Dieu.

Elle est ce geste créateur : « au commencement…. Dieu vit que cela était bon … », la création, l’homme créé comme à son image et à sa ressemblance… Nous, aujourd’hui, en notre environnement de vie avec toutes les questions posées et le Pape François dans sa belle encyclique « Laudato si », nous a questionnés et éclairés là-dessus : quelle réponse d’amour de notre part, quelle alliance aujourd’hui faisons-nous avec le Dieu Créateur ?

Ce chemin de vie, il aura un nom, un visage, une existence humaine : Jésus. Dieu qui n’a pas refusé son propre fils. En le donnant, il nous a tout donné, écrit St Jean. Dieu entre dans l’histoire des hommes comme l’un de nous. Par son fils, vrai Dieu et vrai Homme, il vient nouer une alliance nouvelle et définitive. Jésus est le vrai visage de Dieu qui aime les hommes.L’amour de Dieu, c’est bien l’œuvre de libération de son peuple tenu en esclavage, à travers les eaux, le peuple sauvé. Dieu est le Dieu de la Vie : il appelle à se libérer de tous les esclavages. Le Baptême, pour beaucoup ici, est cette Bonne Nouvelle. Quatre parmi nous vont être marqués du signe de l’eau ; Dieu les appelle à vivre un passage de vie. Ils le savent… Ils l’ont expérimenté. Peu à peu Dieu, par les prophètes (cf. Isaïe), appelle à inscrire dans le cœur cette rencontre avec Lui : « Venez à moi… Ecoutez et vous vivrez… », « Ma parole en vous ne peut que porter du fruit ». C’est long de se convertir et de vivre selon les pensées de Dieu. Mais sa Parole est fécondante. Il n’abandonne pas : « venez voici de l’eau ». Dieu est bien ce Dieu qui se laisse chercher, Dieu qui se fait connaitre, Dieu qui laisse l’humanité percer ses pensées et livre à l’homme un chemin de vie. Dieu qui sollicite la liberté de l’homme. Toute sa vie qui culmine en sa mort témoigne de cela. IL est la Bonne Nouvelle d’amour et de Vie de Dieu le Père. La clé de sa vie est l’Amour pour Dieu son Père et pour les hommes.

C’est son amour jusqu’au bout qui porte la vie et est vainqueur de la mort sous toutes ses formes, du mal qui détruit l’homme, du péché qui en éloigne de Dieu, des autres et de nous-mêmes. Sa Croix est le lieu de sa Victoire : ainsi par sa mort offerte, il nous délivre « pour que nous ne soyons plus esclaves du péché » et Dieu l’a ressuscité. La mort ne l’a pas gardé prisonnier. Cette vie de ressuscité, il nous la partage. Par le baptême, plongés avec lui dans sa mort et vivants dans sa résurrection, nous sommes des vivants pour Dieu en Jésus-Christ.

C’est la vocation des baptisés – les anciens et ce que vont vivre par leur baptême (Julie, Manon, Vendula et Anthony) : vous entrez pleinement dans cette longue histoire d’un peuple de vivants, peuple d’espérance, peuple toujours en marche. Tel devrait être le chemin des Chrétiens. Par sa résurrection, Jésus nous ressuscite. Nos choix de vie personnels, en communautés de chrétiens, sont appelés à en attester. C’est notre conversion permanente au Christ, non pas à une morale mais au Vivant qui change nos vies. Cette force de résurrection nous est donnée ! Elle est en nos vies !

Jésus est aujourd’hui au rendez-vous de nos vies comme sur les routes de Palestine. Les deux femmes : Marie Madeleine et Marie venaient au rendez-vous avec un mort… qu’elles aimaient, qu’elles voulaient honorer… le mort enfermé. Le soleil se lève ! Pour elles, après la peine, le doute, la désespérance, Jésus n’est pas prisonnier du tombeau, de la mort, des regrets et lamentations. La pierre est roulée, la lumière éclaire le tombeau. Il est Vivant ! Le chercher n’est pas chercher un mort mais un vivant ! On n’embaume pas Jésus ! On l’honore et on l’aime par notre vie en participant à sa victoire sur le Mal, le péché et la mort.

Nous sommes ce peuple des chrétiens dont la force de Vie, de Résurrection est l’amour. Cela donne vie et forme à nos communautés : « Aimez-vous, comme je vous ai aimé » ! Aujourd’hui, l’histoire de Dieu et des hommes s’écrit toujours au présent, nous l’écrivons ensemble, vous l’écrivez chacun par votre vie. « Allez, dit Jésus …. Je suis toujours devant … marchez à ma suite ! »

Alors n’ayons pas peur de porter ce nom du Ressuscité, de Chrétiens.

Soyez heureux de ce jour Julie, Manon, Vendula et Anthony. La grande famille de Dieu s’agrandit. Cette nuit, en cette Veillée « mère de toutes les Saintes Veillées », notre communauté va vous donner en Jésus Christ, par le baptême, la vie de Dieu. Une vie nouvelle ! C’est une grande joie, accueillez ce don pour le développer ! Le Seigneur vous accompagne par la force de l’Esprit Saint : confirmés, Christian et Chantal, le Seigneur lui-même sera votre nourriture. Par l’Eucharistie : Il est le pain de Dieu pour la marche de la vie et par sa Parole aussi. Soyez-y fidèles ! Dans l’Eucharistie et dans l’Evangile, il vous montrera toujours sa miséricorde.

Que chacune et chacun de nous vivent ces moments comme une grâce de renouvellement de nos baptêmes. L’Eglise, la communauté, est le lieu de l’annonce de la Bonne Nouvelle qui est à vivre. Christ est Ressuscité !!!

Ayez tous de la joie à vivre votre vie de communauté ! Avec Jésus Vivant, nous sommes Vivants ! La terre est remplie de l’Amour de Dieu !

Mgr André Marceau, évêque de Nice.

Homélie donnée le soir de Pâques le 31 mars 2018, à Notre-Dame du Liban.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.