Le Diacre Marc médite les textes du mercredi 6 mai 2020

4ème semaine des Pâques
– Ac 12, 24 – 13, 5
– Ps 66 (67), 2-3, 5, 7-8
– Jn 12, 44-50

Chers frères et sœurs, en cette 4ème semaine de Pâques, on voit les merveilles de la résurrection du Seigneur. Aujourd’hui, la Parole de Dieu nous parle de la mission. La première lecture nous relate les ouvres de la prédication des premiers disciples. L’évangile quant à lui met en relief la mission du Christ. 

D’une part, la 1ère lecture met l’accent sur le fait que les premières communautés chrétiennes sont bien structurées et les activités apostoliques reflètent ce que nous vivons aujourd’hui dans nos communautés. 

En effet, chaque membre joue un rôle spécifique selon l’appel reçu de l’Esprit Saint. À Antioche, leurs œuvres mettent en exergue cette capacité de discerner la volonté de Dieu. L’Esprit Saint les appelait à une mission spécifique :

« Mettez-moi à part Barnabé et Paul en vue de l’œuvre à laquelle je les ai appelés (…) Après avoir jeûné et prié, ils leur imposèrent les mains. »

C’est l’Église qui envoie en mission. La communauté chrétienne soutient et prie pour ceux qu’elle envoie évangéliser. Il y a un lien qui s’instaure entre le noyau et ceux qui sont envoyés. Ils leur imposent les mains. C’est un signe qui sera aussi développé ultérieurement comme sacrement. La mission de Paul naît de ce signe d’envoi par le biais de l’imposition des mains. Il sera le missionnaire de tout le bassin méditerranéen.

Chers bien-aimés, c’est l’Esprit Saint qui est à l’origine de l’œuvre missionnaire. Il pousse les chrétiens les Apôtres à évangéliser. Les premiers missionnaires avaient en leur sein le Seigneur,  le Vivant, le Ressuscité  qui animait l’Église par la puissance de son Esprit.

D’autre part, l’évangile résume la mission de notre Seigneur Jésus Christ :

« Celui qui croit en moi, ce n’est pas en moi qu’il croit,  mais en Celui qui m’a envoyé. » Jésus veut nous conduire vers le Père. Il est son Envoyé. Sa mission est pleine d’humilité. Il est présent pour gagner les hommes et les femmes de ce monde à la cause de l’évangile, de la Bonne Nouvelle du salut.

 C’est à l’Autre qu’il veut nous emmener, vers son Père et notre Père. Il nous fait faire l’expérience de relation à Dieu. Le Christ est venu pour que nous ayons la vraie vie et pour nous sauver : « Je ne suis pas venu juger le monde mais le sauver. »

L’homme se condamne soi-même par son refus d’écouter la Parole de Dieu, par le refus d’accueillir la Bonne Nouvelle. Ainsi,  le dessein de Dieu se réalise par l’adhésion de la foi en son Fils, l’Envoyé. Refuser l’amour de Dieu le Père apporté par le Fils c’est se condamner soi-même à la perdition.

Chers frères et sœurs,  pour terminer notre partage, demandons la grâce et le don de l’Esprit Saint afin qu’Il nous aide à savoir lire les signes des temps. Soyons forts pour témoigner afin qu’au travers de nos actes puisse tout le monde puisse entrevoir le visage aimant du Père. Amen. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.