Le P Angelo médite l’évangile du 3ème lundi de Pâques – Jn 6,22-29

« Que nous faut-il faire pour travailler aux œuvres de Dieu? », pour réaliser les œuvres que Dieu attend de nous?

Les questionneurs s’attendaient peut-être à un catalogue, à une liste bien précise, à quelques exigences facilement repérables: la prière, l’hospitalité, les sacrifices au Temple, ou l’aumône aux déshérités. Mais la réponse de Jésus les déconcerte. D’abord Jésus ramène tout à l’unité: non pas des œuvres, mais une seule œuvre; et de plus cette œuvre unique consiste à croire; croire en Dieu, bien sûr, croire en la fidélité du Dieu de l’Alliance, mais surtout croire en lui, Jésus, comme en l’Envoyé du Père, que le Père a marqué de son sceau, signant d’avance tout ce qu’il dira et fera chez les hommes. 

Une seule œuvre, dit Jésus. Et pourtant il a laissé lui-même bien des consignes à ses disciples: douceur, humilité, pardon mutuel, amour de la paix, miséricorde … Mais finalement tout se résume en un seul mot, en une seule démarche: croire en Jésus, qui est à lui seul le chemin et la vérité; venir à lui pour avoir la vie.

De fait, dans le concret de notre existence, croire en Jésus transforme tout, emporte tout, illumine tout.

Croire en Jésus, Fils de Dieu, cela décide de notre avenir.

D’où que nous venions, et quelle que soit notre histoire spirituelle, plus paisible ou plus orageuse, dès lors que nous avons « appris le Christ », comme le disait saint Paul (Ephésiens 4,20), il est des routes que nous ne prendrons plus, et surtout des chemins que nous choisirons parce que Jésus les a choisis avant nous. Nous n’aurons plus envie d’arrêter à mi-pente, et nous saisirons la chance de notre vie.

Tout en faisant sans tricher notre œuvre d’hommes, tout en vivant à fond notre destin de femmes, tout en semant la bonté et la joie, « nous nous hâterons comme des voyageurs en ce monde » (1 Pierre 2,11), appuyés sur le Ressuscité qui chaque jour nous prépare à la gloire.

Croire en Jésus, cela ressaisit et restaure même notre passé.

Dans notre vie d’adultes chrétiens, parce que nous venons à Jésus comme à Celui qui recrée et qui sauve, nous pouvons nous retourner vers notre passé, qu’il soit source de joie, de remords ou d’angoisse;  nous pouvons le regarder dans sa lumière, la lumière du salut; et nous pouvons dire au Christ de notre appel: « Oui, Seigneur, j’ai été cela, je suis cela; j’en suis là et je n’en suis que là; mais puisque je viens à toi, je sais que la route m’est ouverte ».

Le passé pécheur, nous pouvons le lâcher, comme on jette un vieux pull. « Il faut, disait saint Paul, nous dévêtir du vieil homme qui va se corrompant au fil des convoitises (toujours) décevantes » (Ephésiens 4,22).

Le passé de souffrance ou de misère, nous pouvons le reprendre, le repétrir, le ré-assumer dans un nouveau projet de vie et de fidélité au Christ.

Croire en Jésus enfin, cela transfigure le quotidien, le réel de notre vie, de notre amour, de notre service.

Le Christ Sauveur nous aime, et pour lui répondre dans la foi il n’est pas nécessaire de vivre « autre chose »: il suffit de vivre les mêmes choses autrement.

Que nous soyons mariés, célibataires, ou engagés dans la vie religieuse, nous vivons désormais au compte du Christ, en référence au Christ, dans la présence du Christ, et, à partir de notre rencontre personnelle du Ressuscité, à la clarté de son visage que la gloire de Dieu illumine dans notre cœur (2 Corinthiens 4,6), c’est toute notre manière d’œuvrer, de servir et d’aimer qui se trouve réorientée et remodelée.

Ainsi, dans la démarche de la foi au Christ, dans l’amitié avec Jésus l’Envoyé, c’est toute la personne qui est reprise, tout son temps, toutes ses forces, tous ses désirs. Une seul œuvre suffit, celle qui dit à Dieu toute notre réponse.

Et pour nourrir cette foi mise en œuvre, un seul pain est offert aux hommes, « le pain de Dieu, qui descend du ciel et qui donne la vie au monde » (Jean 6,33). C’est Jésus, pain de la foi et pain de vie, qui vient à nous à chaque  messe, d’abord à la table de la parole, puis à la table de l’Eucharistie. C’est sa force et son amitié que nous demandons fidèlement, au-delà de la nourriture qui périt: « Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ».

Seigneur, donne-nous toujours ce pain-là!

Père LALEYE Angelo 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.