le P Angelo médite l’évangile du 5ème lundi de Pâques

Texte de l’Évangile (Jean 14,21-26)

Dans la vie de prière et le cheminement contemplatif, spécialement quand les périodes d’épreuve se prolongent, il nous arrive de nous étonner, de nous interroger, de nous inquiéter, à la pensée que nous recevons de notre Dieu si peu de réponses, si peu d’évidences, si peu de signes.

Jésus vient au-devant de notre souffrance et de notre désarroi, par une promesse à la fois simple et solennelle: « Celui qui m’aime, je me manifesterai à lui ».

Comment va-t-il se manifester? Apparemment Jésus n’en dit rien. Pour lui, se manifester, c’est faire connaître ou reconnaître qui il est pour nous et ce qu’il fait pour nous; mais Jésus ne précise pas s’il le fera en imprimant son visage sur notre cœur ou en nous comblant du sentiment de sa présence.

Nous savons cependant que la manifestation de Jésus se fera sur deux axes: celui de ses commandements et celui de sa parole.

En effet, garder ses commandements, et donc entrer dans sa volonté, c’est le vrai test de notre amour pour lui, et c’est la certitude de rencontrer l’amour du Père: « Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui-là qui m’aime, et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, et moi je l’aimerai et je me manifesterai à lui ». Ainsi la fidélité aux commandements est pour nous une preuve d’amour, un langage d’amour, un chemin pour notre amour; et sur ce chemin, Jésus promet de se manifester: il se fera voir, il se fera reconnaître sur la route de notre fidélité. Nous saurons que nous sommes aimés du Père et du Fils.

Un autre moyen nous est donné par Jésus de nous préparer à sa rencontre, à ses visites, à sa manifestation, c’est de faire, dans notre vie, écho à sa parole.

Que nous soyons dans la joie ou menacés par la tristesse, que nous soyons apaisés dans notre cheminement ou encore à la recherche d’un équilibre de l’intelligence ou de l’affectivité, quand nous repassons dans notre cœur la parole de Jésus, quand nous l’accueillons, quand nous laissons cette parole investir nos réflexes et nos souvenirs, le Père nous aime. Car la parole de Jésus, c’est la parole du Père. Même pensée, même vouloir, même miséricorde. Le Père se réjouit de voir sa parole accueillie. Jésus se réjouit de se voir accueilli comme parole du Père. Et quand nous faisons place à la parole du Père et du Fils, le Père et le Fils font en nous leur demeure.

Alors l’Esprit nous conduit vers la vérité tout entière. Il nous remémore ce que Jésus a dit, il rend vivante en nous  la parole du Père, il nous manifeste la présence du Père et du Fils et nous fait pressentir à quel point nous sommes aimés.

Nous espérons, nous croyons et nous demandons la manifestation du Seigneur. En ce jour, qu’il nous soit donné la grâce de revenir humblement au sentier de ses commandements, au rendez-vous de sa parole.

Père LALEYE Angelo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.