Le P Ildephonse médite les textes du jeudi de Pâques du 30/04

Chers amis, bonjour !

Les lectures d’aujourd’hui sont les suivantes :
Première lecture : Actes des Apôtres 8, 26-40
Psaume                : Ps 65 (66), 8-9,16-17,20
Évangile                : Jean 6, 44-51

On peut articuler la parole d’aujourd’hui autour de trois points :
– le baptême de l’eunuque éthiopien après une riche catéchèse 
– Jésus  comme l’Envoyé du Père 
– le don du pain véritable au travers de l’Eucharistie 

D’abord, dans le passage des Actes des Apôtres, on est en face d’un des passages importants au niveau de la catéchèse du baptême. Signalons que le livre des Actes des Apôtres est aussi  appelé le Livre du Saint Esprit. On voit ici comment Philippe obéissant à la parole de l’ange, rejoint un haut fonctionnaire éthiopien qui est en train de lire l’Écriture Sainte. « Il invita donc Philippe à monter et à s’asseoir à côté de lui. » La foi de cet éthiopien est renforcée par la proximité de Philippe : »Alors Philippe prit la parole, (…) il lui annonça la Bonne Nouvelle de Jésus.  » L’épisode se termine par le baptême de l’eunuque éthiopien.  Combien de fois a-t-on besoin de proximité de l’autre pour nous ouvrir à la vie de chrétien ? 

En outre,  Jésus est descendu du ciel pour être l’unique médiateur pour arriver au Père. Il est l’Envoyé définitif qui accomplit la prophétie. Voilà pourquoi on est appelé à croire à sa parole. C’est lui qui a vu le Père et veut nous donner sa vie: « Amen,amen, je vous le dis : il a la vie éternelle, celui qui croit « . Est-ce qu’on veut avoir la vie en nous ? Adhère-t-on à cette source de vie pour nous ouvrir à la rencontre qui change notre vie ?

En définitive, le fils de Dieu réalise le  don de soi au moment de sa mort sur la croix au Golgotha. « Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. »C’est le mot « chair »(sarx en grec) qui est central ici. Il indique l’humanité de Jésus dans toute sa fragilité. « Le verbe s’est fait chair. »( Jn 1,14). C’est au coeur de l’Eucharistie que nous sommes associés à ce don dans le mémorial de sa passion, mort et résurrection. Il sacrifie sa personne humaine pour notre salut. Ce pain est pour la vie du monde d’où l’universalité du salut apporté par le Fils de Dieu. On est donc tous appelé à manger ce pain pour être transformés. Alors notre vie devient action de grâce, louange. « Peuples, bénissez notre Dieu ! Faites retentir sa louange. »

Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.