Méditation du Chemin de Croix

avec le chemin de croix en marbre de Lourdes

Chant : Avec Toi nous irons au désert – G 229

Seigneur, nous irons au désert vers ta croix, poussés comme toi par l’Esprit, (bis)
Et nous te suivrons au désert pas à pas, et nous porterons notre croix,
Et nous fêterons notre Pâque au désert : Nous vivrons la folie de la Croix.

Ce Chemin de Croix est un peu particulier puisque nous le méditerons chez nous, mais en communion les uns avec les autres. Je vous invite à vous mettre devant une croix ou bien à contempler les stations du très beau chemin de croix en marbre fait pour les malades à Lourdes. Nous prierons particulièrement pour nos frères et sœurs touchés par l’épidémie du Coronavirus avec une intention spéciale en fonction des stations.

Le chemin de Croix nous rappelle les derniers moments de la vie de Jésus, mais il nous invite à entrer dans ce chemin avec Jésus qui accomplit, malgré les souffrances, malgré les violences, malgré les incompréhensions, le Salut promis à tous les hommes. Que ce chemin de croix soit donc pour nous un temps de prière, d’écoute et de conversion, de reconnaissance de nos péchés, de demande de pardon, et surtout un temps de foi et d’espérance.

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

Première station : Jésus est condamné à mort 

Le Prêtre : Nous T’adorons, ô Christ et nous Te bénissons !
Les Fidèles : « Parce que Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix ! »

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/1.jpg

Jean 19,12-16
Dès lors, Pilate cherchait à le relâcher ; mais les Juifs se mirent à crier : « Si tu le relâches, tu n’es pas ami de l’empereur. Quiconque se fait roi s’oppose à l’empereur. »
En entendant ces paroles, Pilate amena Jésus au‐dehors ; il le fit asseoir sur une estrade à l’endroit qu’on appelle le Dallage (en hébreu : Gabbatha).
C’était un vendredi, la veille de la Pâque, vers midi.

Pilate dit aux Juifs : « Voici votre roi. »
Alors ils crièrent : « A mort ! A mort ! Crucifie‐le ! »
Pilate leur dit : « Vais‐je crucifier votre roi ? »
Les chefs des prêtres répondirent : « Nous n’avons pas d’autre roi que l’empereur. »
Alors, il leur livra Jésus pour qu’il soit crucifié, et ils se saisirent de lui.

En commençant ce Chemin de Croix, nous demandons pardon Seigneur. Pardon pour toutes les fois où nous avons condamné les autres, toutes les fois où nous avons accusé les autres.

Tu n’as jamais voulu condamner, Seigneur ; tu as dit que tu étais venu pour sauver. Tu n’es pas venu prendre la place de quiconque, mais tu es venu pour que règne dans le cœur des hommes l’amour et non la condamnation, le pardon et non l’offense, la vie et non la mort.

Prions : Seigneur Jésus, nous te demandons ton Esprit Saint : libère-nous des jugements et des condamnations, qu’il nous donne un cœur qui aime, qui pardonne, qui œuvre pour la vie.

Nous te prions aussi pour ceux qui ont la responsabilité de la santé ou de la vie des malades : qu’ils ne sacrifient pas à l’esprit de ce monde, esprit de pouvoir, de rentabilité et de cupidité, mais agissent en gardant fermement le souci de rétablir, de préserver et de promouvoir la santé et la vie quand cela est possible. Toi qui vis…

1 Pater Noster + 1 Ave Maria + 1 Gloria 

Chant : Changez vos cœur
R/ Changez vos cœurs, croyez à la Bonne Nouvelle ;
Changez de vie, croyez que Dieu vous aime !
1 – Je ne viens pas pour condamner le monde : Je viens pour que le monde soit sauvé.

Deuxième station : Jésus est chargé de sa croix  

Le Prêtre : Nous T’adorons, ô Christ et nous Te bénissons !
Les Fidèles : « Parce que Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix ! »

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/2.jpg

Jean 19,16‐17
Alors, il leur livra Jésus pour qu’il soit crucifié, et ils se saisirent de lui.
Jésus, portant lui‐même sa croix, sortit en direction du lieu dit : Le Crâne, ou Calvaire, en hébreu : Golgotha.

Après avoir été humilié et frappé, Jésus quitte la ville pour monter au Golgotha. Jésus porte lui‐même sa croix. A cette époque, les condamnés à mort devaient porter eux-mêmes l’instrument de leur supplice. C’est une humiliation supplémentaire que Jésus accepte. De même, nous n’avons pas choisi les croix que nous portons, nos frères et sœurs éprouvés par la maladie non plus ! Jésus ne nous invite pas au dolorisme pour le suivre car la souffrance n’a aucune utilité aux yeux de Dieu !

Jésus nous demande de lui faire confiance : « Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive » (Mt 16,24)… Avoir la foi, c’est renoncer à maîtriser seul son existence pour entrer dans la vie qui va au-delà de soi. Être disciple, c’est même s’engager dans l’amour des autres, c’est être celui qui fait passer sa foi au Christ avant son amour-propre

Prions : Seigneur Jésus, tu es chargé d’une croix. Nous te prions pour tous ceux qui ont de lourdes croix à porter, en particulier nos frères et sœurs malades, mais aussi ceux qui les soignent et sont accablés par le poids des épreuves. Donne-leur la force de poursuivre leur chemin avec amour, dans la confiance en ton Saint Nom. Purifie-nous aussi de tout orgueil. Libère-nous de la peur de la croix et aide-nous à marcher sur ton chemin qui nous procure véritablement la vie, et la vie en abondance. Toi qui vis…

1 Pater Noster + 1 Ave Maria + 1 Gloria 

Chant : Changez vos cœur
R/ Changez vos cœurs, croyez à la Bonne Nouvelle ;
Changez de vie, croyez que Dieu vous aime !
3 – Je ne viens pas pour juger les personnes : je viens pour leur donner la vie de Dieu

Troisième station : Jésus tombe pour la première fois

Le Prêtre : Nous T’adorons, ô Christ et nous Te bénissons !
Les Fidèles : « Parce que Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix ! »

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/3.jpg

Jean 12,23‐25
Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue pour le Fils de l’homme d’être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s’en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle ».

Jésus avance péniblement à travers la ville de Jérusalem, et il chute. Jésus tombe… Jésus, le Fils du Dieu Tout-Puissant chute… Le diable l’avait tenté : « Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas, car il est écrit : Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet ; et ils te porteront sur les mains, de peur que ton pied ne heurte contre une pierre ». Jésus refuse de se jeter en bas, non parce que Dieu ne peut le rattraper, mais parce qu’il n’a rien à prouver à personne, encore moins au diable, et nous non plus. De même, nous n’avons pas à prouver notre foi par des actes héroïques ou des relèvements spectaculaires…

Nous avons par contre tous connu ce jour où, à bout de force, nous sommes tombés à terre, terrassés par la maladie, par un accident, à cause d’un handicap, du chômage, de difficultés familiales, d’échecs personnels… Il n’y a aucune honte à tomber : Jésus s’est relevé, nous signifiant ainsi que comme Lui, avec Lui, nous pouvons nous relever.

Prions : Seigneur Jésus, aide‐nous à ne pas juger ceux qui tombent sous le poids de leurs souffrances. Aide-nous à ne pas mépriser ou à craindre ce qui a provoqué leur chute. Nous te confions ceux qui sont tombés ou qui sont fragilisés par les conséquences de cette épidémie : aide-les à reprendre courage et donne leur la force de se relever. Donne aussi à tes disciples de témoigner de Ta Présence et de ton humilité pour aider nos frères et être ainsi des signes d’Espérance. Toi qui vis…

1 Pater Noster + 1 Ave Maria + 1 Gloria 

Chant : Changez vos cœur
R/ Changez vos cœurs, croyez à la Bonne Nouvelle ;
Changez de vie, croyez que Dieu vous aime !
2 – Je ne viens pas pour les bien-portants ni pour les justes : je viens pour les malades, les pécheurs.

Quatrième station : Jésus rencontre sa mère

Le Prêtre : Nous T’adorons, ô Christ et nous Te bénissons !
Les Fidèles : « Parce que Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix ! »

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/4.jpg

Jean 19,25
Or, près de la croix de Jésus se tenait sa mère, avec la sœur de sa mère, Marie femme de Cléophas, et Marie Madeleine.

Comme le rappelle le Cardinal John Henry Newman : « Il n’est aucune partie de l’histoire de Jésus où Marie n’ait sa place…Nous nous souvenons qu’Elle présenta le tendre Enfant dans le Temple, qu’Elle Le tint dans ses bras quand les Mages vinrent L’adorer ; qu’Elle s’enfuit avec Lui en Egypte, qu’Elle l’emmena à Jérusalem quand Il eût douze ans ; qu’Il vécut avec Elle à Nazareth pendant trente années, qu’Elle était avec Lui aux noces de Cana ; que, même lorsqu’Il l’eût quittée pour commencer sa prédication, Elle le suivait autant qu’il était possible. Et maintenant Elle s’approche de Lui quand Il monte le chemin sacré avec sa Croix sur les épaules ».

Faisons notre cette demande de ce saint : « Douce Mère, faites que nous pensions toujours à vous quand nous penserons à Jésus, et quand nous Le prierons, aidez-nous toujours par votre puissante intercession ».

Prions : Seigneur Jésus, tu fais nous la grâce de rencontrer aussi Marie dans nos moments de souffrance et de faiblesse. Elle fut pour toi un soutien et un réconfort : qu’elle soit aussi, pour ceux qui sont dans la détresse et les épreuves, une source de réconfort et de tendresse. Donne-nous aussi, comme elle, d’aider nos frères et sœurs dans les moments douloureux pour eux en étant ouverts et accueillants. Toi qui vis…

1 Pater Noster + 1 Ave Maria + 1 Gloria 

Chant : Chercher avec toi, Marie – V 282
R/ Chercher avec toi, dans nos vies les pas de Dieu, Vierge Marie
Par toi, accueillir aujourd’hui le Don de Dieu, Vierge Marie.

2 – Puisque tu souffres avec nous Gethsémani, Vierge Marie
Soutiens nos croix de l’aujourd’hui entre tes mains, voici ma vie.

Cinquième station : Simon de Cyrène aide Jésus

Le Prêtre : Nous T’adorons, ô Christ et nous Te bénissons !
Les Fidèles : « Parce que Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix ! »

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/5.jpg

Luc 23,26
Pendant qu’ils l’emmenaient, ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs, et ils le chargèrent de la croix pour qu’il la porte derrière Jésus

La route de cet homme croise celle de Jésus et il est réquisitionné par les soldats. Jésus n’en peut plus. Comme saint François d’Assise, reconnaissons ce qui fait la bonté de ce que fait Simon de Cyrène : « Bienheureux l’homme qui, selon ce que lui permet sa propre faiblesse, soutient son prochain autant qu’il voudrait être soutenu par lui dans un cas analogue »

Certes, Simon n’a pas choisi délibérément de porter la croix de ce condamné… Mais il va porter la croix de Jésus jusqu’au bout, vivant ainsi une communion dans cette épreuve, une solidarité dans la faiblesse.

Saint Antoine de Padoue exhorte chacun à cet exemple de charité : « Notre-Seigneur accepte cette aide, pour m’enseigner que tout chrétien doit, lui aussi, porter la croix et aider les autres à la porter. O Jésus, dispense-moi les grâces dont j’ai besoin, pour supporter les souffrances et aider les autres dans leurs épreuves ».

Prions : Seigneur Jésus, en acceptant l’aide de Simon de Cyrène, tu nous invites à l’humilité et à accepter à notre tour d’être soutenus dans nos combats et nos croix. Que nos frères et sœurs éprouvés ou endeuillés trouvent ces aides et ces réconforts qui permettent de reprendre le chemin de la vie, et à avancer malgré les ténèbres. Toi qui vis…

1 Pater Noster + 1 Ave Maria + 1 Gloria 

Chant : Ta nuit sera lumière de midi – G 212
4 – Si tu dénonces le mal qui brise l’homme, si tu soutiens ton frère abandonné,
la nuit de ton appel sera lumière de midi. (bis)
Alors, de tes yeux pourra luire une étoile,
l’étoile qui annonce la terre de demain, l’étoile qui annonce la terre de Dieu.

Sixième station : Véronique essuie le visage de Jésus

Le Prêtre : Nous T’adorons, ô Christ et nous Te bénissons !
Les Fidèles : « Parce que Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix ! »

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/6.jpg

Isaïe 53,1-3
Qui aurait cru ce que nous avons entendu ? A qui la puissance du Seigneur a‐t‐elle été ainsi révélée ? Devant Dieu, le serviteur a poussé comme une plante chétive, enracinée dans une terre aride. Il n’était ni beau ni brillant pour attirer nos regards, son extérieur n’avait rien pour nous plaire.
Il était méprisé, abandonné de tous, homme de douleurs, familier de la souffrance, semblable au lépreux dont on se détourne ; et nous l’avons méprisé, compté pour rien.

Une femme, Véronique, s’approche et essuie le visage de Jésus : son geste est simple, mais il traduit ici un véritable mystère.

Ecoutons le Cardinal Neuwman nous le dire : « Jésus accorda à cette pieuse femme de garder de son Visage Sacré une empreinte qui devait demeurer pour les âges futurs. Il le fit pour nous rappeler à tous que son image doit toujours être gravée dans nos cœurs. Qui que nous soyons, en quelque lieu de la terre, en quelque âge du monde où nous vivions, Jésus doit vivre dans nos cœurs. Nous pouvons différer les uns des autres en bien des choses, mais en ceci, nous devons tous concorder, si nous sommes ses véritables enfants ».

Véronique porte dorénavant avec elle, en elle, la vraie image du Visage de Dieu : un Dieu qui accepte la souffrance, qui accepte l’abandon, le mépris, un Dieu qui se révèle fragile. Il n’a rien d’un séducteur, contrairement au Diable, mais par ses souffrances, Dieu nous redit combien il est avec nous, tous les jours, y compris dans nos détresses, jusqu’à la fin du monde.

Prions : Seigneur Jésus, donne-nous la Grâce de voir au-delà des apparences, pour que nous ne soyons pas aveuglés par les difficultés de ce monde. Donne-nous de te reconnaître, et même de te contempler, dans les visages souffrants que nous rencontrons. Donne-nous de savoir redonner un visage humain à ceux qui sont défigurés par la maladie ou la souffrance. Donne-nous enfin de porter dans nos cœurs la véritable image de ton Visage. Toi qui vis…

1 Pater Noster + 1 Ave Maria + 1 Gloria 

Chant : Celui qui aime a déjà franchi la mort
R/ Celui qui aime a déjà franchi la mort. Rien ne pourra le séparer de l’amour du Dieu vivant.
5 – Si le désir de ton visage nous a fait crier ton nom,
Devant toi, Seigneur, nous aurons le cœur en paix.

Septième station : Jésus tombe pour la seconde fois  

Le Prêtre : Nous T’adorons, ô Christ et nous Te bénissons !
Les Fidèles : « Parce que Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix ! »

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/7.jpg

Isaïe 53,4‐5
Pourtant, c’étaient nos souffrances qu’il portait, nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous pensions qu’il était châtié, frappé par Dieu, humilié.
Or, c’est à cause de nos fautes qu’il a été transpercé, c’est par nos péchés qu’il a été broyé. Le châtiment qui nous obtient la paix est tombé sur lui, et c’est par ses blessures que nous sommes guéris.

Jésus prend un chemin de descente. Il descend dans les ténèbres et les faiblesses humaines, pour être avec nous, dans nos pauvretés et nos faiblesses. Il tombe une deuxième fois… Combien de fois, nous qui sommes fragiles, sommes-nous retombés dans ces chemins loin de Dieu, loin des autres… Tu nous invites à la perfection : « « Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » (Mt 5, 48). Le saint curé d’Ars nous l’apprenait ainsi : « Chaque jour, nous devrions demander à Dieu de tout notre cœur la vertu de l’humilité et la grâce de comprendre que nous ne sommes rien par nous-mêmes, et que notre bien-être corporel et spirituel viennent de Lui seul ». Lorsque nous tombons, demandons humblement la grâce de son secours.

Prions : Seigneur Jésus, Tu as mis en chacun la passion de vivre et d’avancer. Quand rien ne va plus et que nous disons “à quoi ça sert de se battre ?”, nous pouvons encore nous tourner vers Toi, Te prier et Te demander de nous aider. Mets-en nous la passion de vivre et d’avancer, de faire triompher la vie. Tu ne nous abandonne pas à nos péchés ; Seigneur, sois notre réconfort, donne-nous la force de l’espérance qui jamais ne déçoit.  Tu es le Chemin, la Vérité, la Vie. Fais-nous reprendre sans nous lasser la route de la vie, pour que nous proclamions sans fin ton Amour. Toi qui vis…

1 Pater Noster + 1 Ave Maria + 1 Gloria 

Chant : En toi j’ai mis ma confiance – S 501
En toi j´ai mis ma confiance Ô Dieu très Saint,
Toi seul es mon espérance et mon soutien ,
C´est pourquoi je ne crains rien, j´ai foi en toi, ô Dieu très Saint.
C´est pourquoi je ne crains rien, j´ai foi en toi, ô Dieu très Saint.

Huitième station : Jésus rencontre les femmes de Jérusalem

Le Prêtre : Nous T’adorons, ô Christ et nous Te bénissons !
Les Fidèles : « Parce que Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix ! »

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/8.jpg

Luc 23,28
Il se retourna et leur dit : « Femmes de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez sur vous‐mêmes et sur vos enfants !

Dans son enseignement, Jésus parle de ces pleurs dans un autre contexte : « heureux ceux qui pleurent car ils seront consolés ». Devant la souffrance et la violence qu’il subit, Jésus demande à ces femmes, et à nous aussi, de ne pas pleurer que pour des choses extérieures : notre monde violent devrait nous arracher de ce fait des torrents de larmes…

Parfois nous pleurons pour attirer la pitié, ou pour témoigner de notre sympathie, nous pleurons aussi pour nous faire plaindre, ou pour attendrir l’autre, y compris Dieu, ou pour attirer sa sympathie, ou encore provoquer son intervention… Jésus ne demande rien de tout cela. Ce n’est pas ce type de consolation qu’il veut nous donner… Il nous exhorte à regarder et pleurer sur l’intérieur : sur cette humanité qui sait pleurer sur des choses extérieures si souvent superficielles, alors qu’elle ne sait pas ou plus pleurer sur ce qui a du sens, sur ce qui a de l’importance. Certains ne savent même plus pleurer tant ils sont ravagés par l’indifférence. Or, Comme le rappelle le pape François, « l’indifférence tue, car elle exprime au fond le désintérêt pour la vie ». La vie humaine a besoin d’amour, et en premier lieu de la forme transmise par le Christ, c’est-à-dire la miséricorde. Sans celle-ci, nous redit le pape, « aucun de nous ne peut survivre (…) car nous avons tous besoin du pardon ».

Prions : Seigneur Jésus, apprends-nous à pleurer sur notre humanité lorsqu’elle perd le sens et le goût de la vie. Apprends-nous à pleurer sur nos péchés qui nous éloignent les uns des autres, et qui nous ont éloignés de Toi. Qu’en ce temps de confinement, nous sachions retrouver le goût et le désir de l’essentiel, de l’amour et de la miséricorde. Donne-nous aussi la force du pardon et de la confiance. Toi qui vis…

1 Pater Noster + 1 Ave Maria + 1 Gloria 

Chant : Mystère du calvaire – H 44 
2 – Tu sais combien les hommes ignorent ce qu’ils font
tu n’as jugé personne, tu donnes ton pardon,
partout, des pauvres pleurent, partout on fait souffrir ;
pitié pour ceux qui meurent et ceux qui font mourir,

Neuvième station : Jésus tombe pour la troisième fois  

Le Prêtre : Nous T’adorons, ô Christ et nous Te bénissons !
Les Fidèles : « Parce que Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix ! »

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/9.jpg

Isaïe 53,7‐8
Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche : comme un agneau conduit à l’abattoir, comme une brebis muette devant les tondeurs, il n’ouvre pas la bouche. Arrêté, puis jugé, il a été supprimé. Qui donc s’est soucié de son destin ? Il a été retranché de la terre des vivants, frappé à cause des péchés de son peuple.

Une troisième chute… Simon de Cyrène est pourtant toujours avec lui, mais cela ne suffit pas ! Dans nos souffrances, il nous arrive de mesurer cette terrible solitude que rien ne peut consoler, ni la présence, ni l’aide des autres, ni la science, ni la médecine, ni même parfois les prières…

Quand la maladie, les rechutes, les dépendances s’installent, aucun raisonnement humain ne peut répondre au mystère de la souffrance. Et il nous est peut-être déjà arrivé de crier vers Dieu en disant : « je n’en peux plus, reprends ma vie… », d’osciller entre découragement et colère et se croire enfoncé dans une nuit sans fin. Avec cette épidémie qui stoppe quasiment tout, nous nous retrouvons seuls devant notre avenir et nos choix, devant la réalité de nos vies, fragiles et éphémères… Qu’allons-nous faire… ?

Loin de capituler, Jésus se relève et continue son chemin. Jésus sait où il va, il sait en qui il a mis sa confiance. Sa Nourriture, c’est de faire la volonté du Père. Jésus avait dit à ses disciples qu’il était venu non pour être servi mais pour servir (Mt 20, 28), et leur avait assuré que « celui qui le suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie » (Jn 8, 12). Jésus ne fuit pas. Il sait qu’il faut gravir ces derniers mètres où il donnera ce qu’il a de plus précieux : son pardon aux hommes, son Esprit à son Père.

Prions : Seigneur Jésus, donne-nous de te suivre jusqu’au bout, même lorsque nous n’avons plus les forces, même lorsque les ténèbres semblent victorieuses. Fais-nous la grâce de la foi pour ne pas nous décourager. Ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du mal. Toi qui vis…

 1 Pater Noster + 1 Ave Maria + 1 Gloria 

Chant : Mystère du calvaire – H 44 
3 – Afin que vienne l’heure promise à toute chair,
Seigneur, ta croix demeure dressée sur l’univers;
sommet de notre terre où meurt la mort vaincue,
où Dieu se montre Père en nous donnant Jésus.

Dixième station : Jésus est dépouillé de ses vêtements

Le Prêtre : Nous T’adorons, ô Christ et nous Te bénissons !
Les Fidèles : « Parce que Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix ! »

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/10.jpg

Jean 19,23
Quand les soldats eurent crucifié Jésus, ils prirent ses habits ; ils en firent quatre parts, une pour chacun. Restait la tunique ; c’était une tunique sans couture, tissée tout d’une pièce de haut en bas.

Jésus est dépouillé de tout. Il ne lui reste rien, pas même ses vêtements. Il supporte tout et ne dit rien. Quel exemple pour nous qui vivons dans une société de l’avoir et de la consommation… Jésus retourne à cet état originel où l’homme avant la chute était nu, où l’homme était libre. Le Christ dépouillé rejoint ainsi tout homme : nul, même dépouillé, n’est étranger à Dieu ou plutôt Dieu n’est étranger, n’est différent d’aucun homme.

Mais ce dépouillement, Jésus l’a enseigné à ces apôtres (Mt 6, 28-30.33) : « au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas… Si Dieu donne un tel vêtement à l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ?… Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît ». Jésus n’a pas peur de ce dépouillement car Il cherche à ouvrir la voie où l’homme cherchera et trouvera le Royaume et non sa propre gloire, éphémère et illusoire.

Prions : Seigneur Jésus, nous te confions tous les soignants et hospitaliers qui par leurs attentions et leur regard d’humanité savent redonner de la dignité au corps des malades. Nous te confions aussi nos chemins : que ton Esprit nous conduise à chercher d’abord le Royaume et sa justice pour revêtir dès ici-bas le vêtement du baptême par lequel tu as fait de nous des enfants du Père à ta ressemblance. Toi qui vis…

1 Pater Noster + 1 Ave Maria + 1 Gloria 

Chant : Tu fais ta demeure en nous – D56-49
R/ Tu es là présent, livré pour nous. Toi le tout petit le serviteur,
Toi le tout Puissant, humblement tu t’abaisses, tu fais ta demeure en nous Seigneur.

2 – Par le don de ta vie, tu désires aujourd’hui reposer en nos cœurs
Brûlé de charité, assoiffé d’être aimé, Tu fais ta demeure en nous Seigneur.

Onzième station : Jésus est attaché à la croix

Le Prêtre : Nous T’adorons, ô Christ et nous Te bénissons !
Les Fidèles : « Parce que Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix ! »

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/11.jpg

Luc 23,33-34
Lorsqu’ils furent arrivés au lieu dit : Le Crâne (ou Calvaire), là ils crucifièrent Jésus, avec les deux malfaiteurs, l’un à droite et l’autre à gauche.
Jésus disait : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. »

Jean 19,25-27
Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure‐là, le disciple la prit chez lui.

Saint Antoine de Padoue dira : « le Christ apparaît, suspendu entre ciel et terre, les bras ouverts, comme pour recevoir sur son cœur les pauvres pécheurs qui viendront s’y réfugier ». Jésus donne sa vie en s’offrant comme l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. Il transforme la haine et la violence en pardon et en tendresse.

Jésus nous l’avait annoncé : « Moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes » (Jean 12, 32). Ce n’est pas sa majesté qui attire, ni ses discours… Ici, sur la croix, le Christ attire par la puissance de l’amour, de l’Amour divin, de l’Amour infini, de l’Amour sans limites. Ce corps meurtri vient combler tous les manques d’amour, toutes les fautes, toutes les rancunes. Par son pardon, Il permet aux hommes de se réfugier à nouveau dans les bras du Père miséricordieux. Il nous donne aussi une Mère : Marie, celle qui est restée ferme et fidèle au pied de la croix, pour qu’elle nous accompagne toujours face aux difficultés de la vie, et jusqu’à l’heure de notre mort.

Prions : Seigneur Jésus, soutiens ceux qui sont sur le point de mourir. Donne-leur de contempler en toi cet Amour qui pardonne jusqu’au bout. Donne-leur de trouver en toi ce refuge de la Miséricorde. Nous te confions aussi tous ceux qui accompagnent ceux qui vont mourir : donne-leur de rester jusqu’au bout, comme Marie, fermes et fidèles, témoins de l’Espérance. Toi qui vis…

 1 Pater Noster + 1 Ave Maria + 1 Gloria 

Chant : Mon père, je m’abandonne à toi – DEV 44-69
R/ Car tu es mon Père, je m’abandonne à toi. Car tu es mon Père, je me confie en toi. 
1 – Mon Père, mon Père, je m’abandonne à toi, fais de moi ce qu’il te plaira. 
Quoi que tu fasses, je te remercie, je suis prêt à tout, j’accepte tout.

Douzième station : Jésus meurt sur la croix

Le Prêtre : Nous T’adorons, ô Christ et nous Te bénissons !
Les Fidèles : « Parce que Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix ! »

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/12.jpg

Jean 19,28-34
Après cela, sachant que désormais toutes choses étaient accomplies, et pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : « J’ai soif. »
Il y avait là un récipient plein d’une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d’hysope, et on l’approcha de sa bouche.
Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit. 
(temps de silence)
Comme c’était le vendredi, il ne fallait pas laisser des corps en croix durant le sabbat (d’autant plus que ce sabbat était le grand jour de la Pâque). Aussi les Juifs demandèrent à Pilate qu’on enlève les corps après leur avoir brisé les jambes. Des soldats allèrent donc briser les jambes du premier, puis du deuxième des condamnés que l’on avait crucifiés avec Jésus.
Quand ils arrivèrent à celui‐ci, voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau.

Un grand silence s’est installé autour de Jésus. « Tout est accompli ». Jésus remet son Esprit dans les mains du Père. Un silence habite maintenant le cœur de Dieu alors que les soldats et les autres continuent leurs habitudes, leurs rites, leurs fracas… N’ayons pas peur du silence, habitons-le avec notre prière.

SILENCE

Prions : Seigneur Jésus, Toi qui n’es pas resté indifférent au sort de l’homme et qui, dans ton dernier souffle as tout remis dans les mains de ton Père, nous te confions nos frères et sœurs qui sont morts, avec leurs faiblesses et leurs péchés. Remplis-nous également de ton Esprit d’amour, afin que notre indifférence ne rende pas vaine en nous les fruits de ta mort. Toi qui vis…

Chant : Mon père, je m’abandonne à toi – DEV 44-69
R/ Car tu es mon Père, je m’abandonne à toi. Car tu es mon Père, je me confie en toi. 
2 – Mon Père, mon Père, en toi je me confie, En tes mains, je mets mon esprit.
Je te le donne, le cœur plein d’amour. Je n’ai qu’un désir : t’appartenir.

Treizième station : Jésus est descendu de la Croix

Le Prêtre : Nous T’adorons, ô Christ et nous Te bénissons !
Les Fidèles : « Parce que Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix ! »

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/13.jpg

Jean 19,38-40
Après cela, Joseph d’Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret par peur des Juifs, demanda à Pilate de pouvoir enlever le corps de Jésus. Et Pilate le permit.
Joseph vint donc enlever le corps de Jésus. Nicodème (celui qui la première fois était venu trouver Jésus pendant la nuit) vint lui aussi ; il apportait un mélange de myrrhe et d’aloès pesant environ cent livres.
Ils prirent le corps de Jésus, et ils l’enveloppèrent d’un linceul, en employant les aromates selon la manière juive d’ensevelir les morts.

Prions : Seigneur Jésus, tu es mort, enterré dans l’obscurité du tombeau. Donne-nous la foi dans l’impossible, donne-nous de croire, que de la mort, Dieu peut faire jaillir la vie. Apprends-nous à remettre comme toi notre vie dans les mains du Père. Accueille nos prières pour ceux qui nous ont quittés et qui reposent dans l’espérance de la Résurrection. Toi qui vis…

SILENCE

Psaume 4
R/ Garde mon âme dans la paix, près de toi, Seigneur

Garde mon âme dans la paix, près de toi, Seigneur.
Quand je crie, réponds-moi, Dieu, ma justice
Toi qui me libères dans la détresse,
pitié pour moi, écoute ma prière

Beaucoup demandent : «Qui nous fera voir le bonheur ?
Sur nous, Seigneur, que s’illumine ton visage
Dans la paix moi aussi, je me couche et je dors,
car tu me donnes d’habiter, Seigneur, seul, dans la confiance;

Quatorzième station : Jésus est mis au tombeau

Le Prêtre : Nous T’adorons, ô Christ et nous Te bénissons !
Les Fidèles : « Parce que Tu as racheté le monde par Ta sainte Croix ! »

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/14.jpg

Jean 19,19,40-42
Près du lieu où Jésus avait été crucifié, il y avait un jardin, et dans ce jardin, un tombeau neuf dans lequel on n’avait encore mis personne.
Comme le sabbat des Juifs allait commencer, et que ce tombeau était proche, c’est là qu’ils déposèrent Jésus. 

Prions : Seigneur Jésus, lorsque tout paraît fini, l’espérance dans tes promesses demeure. Dans le grand silence du Samedi Saint, apprends-nous à attendre dans l’espérance. Toi qui vis…

1 Pater Noster + 1 Ave Maria + 1 Gloria 

Chant : Plus près de Toi – P35-27
R/ Plus près de Toi, mon Dieu, j’aimerais reposer : c’est Toi qui m’as créé,
Et Tu m’as fait pour Toi ; mon cœur est sans repos tant qu’il ne demeure en Toi ! (bis)

4 – Quand prendra fin ma vie, daigne me recevoir,
En ton cœur, ô Jésus, dans la maison du Père.
Donne-moi de te voir et de te contempler,
De vivre en ton amour durant l’éternité.

Dans l’attente de la Résurrection

http://rosairealsace.fr/uploads/images/illustrations/chemin-de-croix/malade-plaine/16.jpg

Marc 16, 1-6
Le sabbat terminé, Marie Madeleine, Marie, mère de Jacques, et Salomé achetèrent des parfums pour aller embaumer le corps de Jésus.
De grand matin, le premier jour de la semaine, elles se rendent au tombeau dès le lever du soleil. Elles se disaient entre elles : « Qui nous roulera la pierre pour dégager l’entrée du tombeau ? »
Levant les yeux, elles s’aperçoivent qu’on a roulé la pierre, qui était pourtant très grande.
En entrant dans le tombeau, elles virent, assis à droite, un jeune homme vêtu de blanc. Elles furent saisies de frayeur.
Mais il leur dit : « Ne soyez pas effrayées ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité : il n’est pas ici. Voici l’endroit où on l’avait déposé.

Chant : Célébrez la bonté du Seigneur
R/ Célébrez la bonté du Seigneur,
Soyez sûrs de l’amour du Sauveur !
Ayez toujours foi en lui, en tout temps il vous conduit  :
Jésus Christ vous a livré sa vie !


1 – En tous lieux rendez grâce au Seigneur,
Dans la joie la peine et la douleur.
Dieu est là, avec nous pour toujours,
Rien ne peut nous séparer de lui  !

2 – Peuple Saint, adorez votre Roi,
Le Seigneur victorieux du combat.
Le salut est venu par la croix,
A jamais son amour règnera !

3 – De son sein jaillit l’eau de la vie,
Sur la croix, il a tout accompli.
Par ses plaies, il nous envoie l’Esprit,
Flots d’amour qui nous donnent la vie !

4 – Accueillez son Amour en vos vies,
Devant la croix contemplez Marie.
Méditez la Parole, espérez,
Dieu demeure avec nous , jubilez 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.