Reprise du culte ? Les églises de la Paroisse seront ouvertes pour la Pentecôte !

Bonjour à tous et à toutes,

Je pense que vous avez tous appris ce matin l’ordonnance gouvernementale concernant la reprise et les conditions de cette dernière dans les lieux de culte. 

La première question que l’on m’a posée est de savoir si nous reprenions les messes dès ce week-end : concernant l’encadrement et la mise en place demandés, certaines ont été anticipées, mais pour d’autres, nous ne sommes pas prêts (notamment les questions de marquages au sol et de gel hydroalcooliques) !

En effet, les directives gouvernementales sont strictes et notre évêque nous invite à les observer et à ne pas céder à la précipitation. Or nous ne pouvons pas répondre à ces exigences en 24 heures !!!

Comme tout rassemblement humain, les cérémonies cultuelles peuvent être l’occasion de contaminations par le virus du SARS-COV-2…

Si la dynamique épidémique le justifiait les pouvoirs publics reprendraient toute mesure de restriction nécessaire et proportionnée.

Recommandations générales en matière de la lutte contre la pandémie de SARSCOV-
2 lors des cérémonies cultuelles

Par ailleurs, du fait de la situation de nombreuses églises de notre paroisse, nous devons travailler en bonne intelligence avec les services municipaux des communes de notre paroisses (6 au total).

Ainsi, « toute personne de onze ans ou plus qui accède ou demeure dans ces établissements porte un masque de protection répondant aux caractéristiques techniques définies (l’obligation du port du masque ne fait pas obstacle à ce que celui-ci soit momentanément retiré pour l’accomplissement des rites qui le nécessitent). »

Je vous assure de mes prières et de ma reconnaissance, pour tout ce que nous pourrons faire pour accueillir nos frères et sœurs qui depuis plus de deux mois n’auront pas eu de vie sacramentelle. La vie cultuelle de la paroisse sera donc possible dès les fêtes de Pentecôte. Je vous remercie de votre compréhension.

En union de prière.

Abbé Franklin Parmentier.


Recommandations générales en matière de la lutte contre la pandémie de SARSCOV-
2 lors des cérémonies cultuelles

« Dans le cadre des réglementations qui leur sont applicables, les cérémonies cultuelles sont organisées, sous la responsabilité des organisateurs, en veillant à l’application des mesures de prévention qui sont présentées ci-après. »

  1. Assurer la distanciation physique
    1. Les organisateurs s’assurent du respect de la règle de distanciation physique d’au moins un mètre entre deux personnes. Le respect de cette règle, se traduit par une superficie individuelle d’environ 4 m² par personne qui déterminera le seuil maximal de fréquentation.
      Les organisateurs demeurent évidement libres de fixer un seuil inférieur qui tient compte notamment de l’agencement des lieux et de leur aménagement (sanitaires, couloirs, plan de circulation…), des accès ainsi que de la sécurité de l’environnement de l’édifice.
      Les organisateurs s’assurent du respect du seuil de fréquentation maximal déterminé pour chaque le lieu de culte
      • L’inscription à distance préalable est une solution qui peut être mise en oeuvre localement pour limiter l’afflux au-delà de la fréquentation autorisée.
      • Au moins un membre identifiable de l’organisation est responsable des phases d’entrée et de sortie. Il est positionné suffisamment en amont du début de la cérémonie. Il veille à limiter la formation de rassemblements aux abords de l’édifice et s’assure du respect des limitations de fréquentation en fonction de la taille de l’édifice.
      • Le port d’un masque de protection est obligatoire lors des rassemblements de personnes dans les établissements de culte, conformément au décret n° 2020-548 du 11 mai 2020.
      • L’espace minimal d’un mètre entre personnes est matérialisé au sol dans les espaces d’attente dans et en dehors de l’édifice. Une attention particulière est portée aux flux de personnes afin qu’elles ne se croisent pas.
      • En cas d’affluence prévisible importante, la multiplication des cérémonies successives est envisagée. Elles sont organisées de manière suffisamment espacée pour éviter les croisements de flux.
    2. Une désinfection obligatoire des mains est organisée au moment de l’entrée et de la sortie de l’édifice. Pour ce faire du gel mis à disposition.
    3. Une distance de sécurité d’un mètre entre personnes de plus de 11 ans est matérialisée pendant la phase statique (éloignement des chaises ou des tapis / condamnation d’emplacements).
  2. Assurer la désinfection
    • Les objets rituels ainsi que les matériaux et objets potentiellement en contact avec les
      mains et les muqueuses sont désinfectés avant chaque cérémonie. Leur utilisation
      successive entre personnes est limitée au strict nécessaire.
  3. Adaptation éventuelle des rites aux gestes « barrières »
    • Les officiants utilisent du gel hydroalcoolique au cours de la cérémonie si nécessaire.
    • Les rites sont adaptés à l’impératif de minimisation des contacts physiques, et avec les surfaces, les matières et les objets (eau, livres, objets rituels…) de nature à favoriser la
      propagation du virus.
    • Si la cérémonie est conduite par plusieurs personnes, elles respectent entre elles les règles de distance. Le nombre des officiants simultanés est réduit dans la mesure du possible.
  4. Dispositions générales
    • L’équipe chargée de l’accueil et de la bonne tenue de la cérémonie reçoit une formation préalable aux gestes barrière par le responsable de la cérémonie ou un référent sanitaire.
  5. Modalités de communication en direction des fidèles
    • Le public est informé des conditions d’accueil, des mesures d’hygiène et de distanciation physique (gestes « barrières ») et de l’adaptation des rites aux contraintes sanitaires : information préalable en ligne, panneaux d’information dans l’édifice, prises de parole du responsable en début de cérémonie et à chaque phase lorsque c’est nécessaire, traduction dans les langues des différentes communautés représentées.

En tout état de cause, le décret n°2020-548 du 11 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire s’applique, et permet au préfet de département d’interdire, de restreindre ou de réglementer ces activités. Il peut également, par arrêté pris après mise en demeure restée sans suite, ordonner la fermeture des établissements recevant du public qui ne mettent pas en oeuvre les obligations qui leur sont applicables. »

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.